Amicale des Anciens du Secours Catholique Caritas-France

Amicale des Anciens du Secours Catholique Caritas-France

Hommage à Jules, lundi 9 mai 2016

 

"Une grande église pleine et neuf prêtres pour nous aider à dire adieu à Jules. Pour quelqu'un qui était en coquetterie avec l'Eglise !! Mais il a tant donné, c'était un juste retour des choses. Il a été dit qu'il a été Délégué du Secours Catholique, mais la délégation ne s'est pas exprimée. La cérémonie était très belle, avec des textes de Jules et de Xavier Grall, poête breton qu'il aimait beaucoup.  A la sortie de l'église tout le Secours s'est rassemblé. nous avons fait une photo avec Cécile,touchée de toute cette présence.

 

IMG_4870.JPG

 

le groupe des Amis aux obsèques de Jules ( Photo Marcel Meslin) 

autres photos à suivre

 

 

Il y avait l'actuelle déléguée, Agnès, le président et le trésorier. J. M. Bausson, ancien délégué. Francine Evrard, Pierre Levené, et puis l'amicale : Yolaine et son mari, B et M Meslin, B. Remigereau, M. Laurent. Yves Le truedic, Alfred Pinaut, G. Pellen, A et J. Giroir, Jo Héré, Monique Fauqueux, J. Y. et moi. J'espère n'oublier personne. Nous avons vu aussi Eugénie Dumenil, sa soeur." 

 

(NDLR: Jean-Louis Dumenil a été délégué à Nevers puis Régional Ouest) 

 

Anne-Marie Lévêque

 

 Hommage à Jules BARBU / 9 mai 2016 – par Denis HAMAYON. ( transmis par André Bonnet )

Jules, cher Jules, cher ami et compagnon, nous y voilà nous t’avons tellement vu de fois parler, former, accompagner sur les questions de la mort, qu’aujourd’hui tu as choisi de nous livrer ta conclusion et René en a été ton porte-parole tout à l’heure. En grand seigneur ou en clin d’oeil, je me suis laissé dire que tu avais choisi l’ascenseur du vendredi de l’ascension, pour démarrer ton grand voyage, encore une occasion de prendre de la hauteur diras-tu ou peut-être un de tes derniers pieds de nez aux éléments, aux choses installées ou institutionnalisées que tu aimais tant provoquer ou questionner.

Ta vie fut belle, riche et réussie avec tous les tiens, d’abord avec ta cellule familiale ta chère Cécile tes filles Anne-Marie et Elisabeth, tes gendres et tes petits-enfants et on sait que cela comptait très fort pour toi, mais aussi si je puis dire, une vie riche avec toutes les familles, les associations, les organisations que tu as côtoyées et avec lesquelles tu t’es engagé, impliqué. Très souvent tu t’es positionné, bien malgré toi, en chef de file en même temps que tu t’entourais de personnes, de militants, d’équipes pour porter des actions, des projets.

Entre dialoguer, faire faire le pas de côté ou renverser la table, tu étais prêt à tout selon les circonstances, il s’agissait dans le respect de l’autre, de le faire basculer dans une prise de décision favorable aux organisations ou aux personnes fragiles que tu accompagnais. J’ai souvenir d’aventures avec d’autres participant - participantes ici présents, par exemple d’avoir sous ta conduite envahi la Préfecture des Côtes d’Armor et le Conseil Général en session par un matin glacial quand les dossiers concernant les personnes en difficultés n’avançaient pas , tu savais te mobiliser et entrainer les autres à se mobiliser avec toi sur les justes causes, au CRED dans la coopération internationale, à la prison auprès des détenus et de leur familles, au CEAS, au CCFD, au Secours Catholique, aux Foyers d’Accueil en particulier par le soutien que tu as apporté pour défendre les droits des femmes, j’ai aussi souvenir du jour où nous avons été reçu après un long combat local dans le bureau d’Adrien ZELLER à l’époque Secrétaire d’Etat. Nous sommes revenu de PARIS avec l’autorisation d’ouverture définitive du foyer d’accueil à St Brieuc, encore un combat de gagné pour les plus fragiles. A l’AFPE où nous avons mené une bataille sans précèdent pour rétablir avec d’autres, la juste cause de la formation en travail social en Bretagne, sans parler du Foyer de la Fraternité où tu as rencontré Cécile mais où tu as milité et guidé le conseil d’administration des NOUELLES pendant 25 ans.

Ici aujourd’hui, nous sommes un certain nombre à être des enfants de Jules ou des compagnons de route de Jules, engagés par ton influence, dans les chemins de la militance, Merci à toi Jules pour tout cela , Merci de tout ce que tu nous laisse dans nos têtes - et dans nos coeurs –

L’ETERNITE, j’en suis convaincu, il y a longtemps que tu Y étais prêt, je crois même qu’en secret tu la rencontrais. Un jour on saura peut-être que tu ne marchais pas seul le matin aux Rosaires, pour avoir si souvent besoin d’y aller, qui sait si elle n’était pas déjà à tes côtés … . De cette éternité tu en avais la sagesse et la quiétude et tu savais nous la faire partager. Je ne peux finir sans citer ces quelques mots que tu m’as laissés un jour sur le coin de mon bureau et que l’on a inscrits dans notre projet associatif, je cite :

Le passé est un musée d’expériences diverses

Le présent vit de notre volonté d’aimer la vie

Demain sera encore une aventure

A condition que nous ne la conjuguions pas au passé

Encore UN GRAND MERCI Jules et belle ETERNITE !



10/05/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres