Amicale des Anciens du Secours Catholique Caritas-France

Amicale des Anciens du Secours Catholique Caritas-France

ENSEMBLE CONSTRUIRE UN MONDE JUSTE ET FRATERNEL

Le Projet National du Secours Catholique a été voté à l'unanimité au cours de l'Assemblée Générale qui a eu lieu le 10 juin dernier à Paris et à laquelle l'Amicale était invitée.

( Même si le représentant de l'Amicale par suite de maladie et de grèves n'a pas pu de fait être présent...) 

 

Ce projet ambitieux et puissant nous pouvons nous en imprégner nous aussi, Anciens et encore acteurs ici et là de cette volonté d'inscrire nos actions pour " Ensemble construire un monde juste et fraternel "

ensemble,"
 
En voici le texte in extenso . 
Vous pourrez vous le procurer dans vos délégations et nous en aurons des exemplaires à la disposition des participants à notre Rencontre de Lourdes en septembre . 
 
Ensemble, Construire un monde Juste et Fraternel " 
 
Projet associatif du secours-catholique.
2016-2025
Au sein du réseau Caritas Internationalis, chaque Caritas se dote d’un cadre stratégique.
L’ensemble composé du projet associatif et du projet national 2016-2025 fixe le cadre stratégique du Secours Catholique - Caritas France pour les 10 prochaines années.
 
Le projet associatif décrit les éléments fondamentaux et permanents du Secours Catholique - Caritas France
(identité, vision de société, mission,
valeurs, principes d’action).
 
 Identité
Le Secours Catholique - Caritas France est une association reconnue d’utilité publique et un service de l’Église catholique, membre du réseau mondial Caritas Internationalis.
 
 Vision de société
« Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral,
car nous savons que les choses peuvent changer. » Pape François, Laudato si’, no13
 
 Nous, acteurs du Secours Catholique - Caritas France, proclamons l’urgence de bâtir avec tous une fraternité universelle.
 
 Nous croyons que le développement de nos sociétés en France et dans le monde se mesure
à la place qu’elles donnent en toute justice aux personnes les plus fragiles.
 
 Nous voulons favoriser la reconnaissance des savoirs de chacun et l’accès de tous aux savoirs.
 
 Nous croyons que les familles, cellules de base de la société, contribuent par leur rôle
éducatif au développement de la société tout entière.
 
 Nous voulons construire une Europe et un monde solidaires assurant à chacun le respect des
droits fondamentaux attachés à la dignité de la personne humaine.
 
 Nous voulons soutenir des processus démocratiques où chaque personne et les
organisations de la société civile participent au bien commun.
 
 Nous voulons une économie assurant une répartition équitable des richesses et un travail digne
pour tous, et voulons favoriser les initiatives de coopération et de partage.
 
Nous voulons promouvoir une société qui s’engage sur des changements de styles de
vie, de production et de consommation pour un monde durable et solidaire.
 
 Nous voulons contribuer à bâtir un monde juste et fraternel, s’enrichissant des différences
de culture et des cheminements spirituels de chacun.
 
 Mission
La mission du Secours Catholique - Caritas France s’inscrit dans la charte de la solidarité et de la diaconie de l’Eglise en France.
Fondée sur l’Évangile, la mission du Secours Catholique - Caritas France est une mission
d’amour et d’éveil à la solidarité, en France et dans le monde.
 
Ses acteurs :
 appellent toute personne à s’engager pour vivre la rencontre, l’entraide et la joie de la fraternité ;
 renforcent les capacités de tous à agir pour que chacun accède à des conditions de vie dignes ;
 luttent contre les causes de pauvreté, d’inégalité et d’exclusion et proposent des alternatives, au service du bien commun.
 
 Valeurs
Confiance : attitude qui croit et espère en chaque personne et valorise ses capacités.
Engagement : volonté de se mettre au service, de recevoir et de donner, d’agir pour la justice.
Fraternité : qualité de relation qui manifeste le respect, l’affection, l’entraide et la joie d’être ensemble.
 
 Principes d’action
 Agir avec les personnes qui vivent la pauvreté.
 Porter attention à la dimension spirituelle de chacun.
 Prendre le temps de la relation et inscrire nos actions dans la durée.
 Agir en partenariat et en réseaux, localement et globalement.
 
Le projet national 2016-2025 décrit les changements que le Secours Catholique - Caritas France veut accompagner prioritairement au cours des 10 prochaines années pour mettre en oeuvre son projet associatif en France et dans le monde (changements visés dans la société, stratégie globale, changements internes).
Changements visés pour transformer la société
Nous décrivons ici les changements de société auxquels nous voulons contribuer
prioritairement au cours des dix prochaines années, en France et dans le monde.
 
1. LES SAVOIRS
Les savoirs des personnes et des groupes en précarité sont reconnus et partagés pour créer des connaissances et pratiques nouvelles.
Les personnes et les groupes vivant des situations de précarité disposent de savoirs issus
de leur culture et de leur expérience de vie. Ces savoirs sont méconnus voire méprisés. Or
leur prise en compte est fondamentale pour lutter efficacement contre la misère et l’exclusion.
La reconnaissance et le partage de ces savoirs avec d’autres acteurs permettent
à chacun de prendre une part active dans la transformation de la société et nous aident,
collectivement, à grandir en humanité.
Pour permettre ce changement, nous souhaitons accompagner les personnes dans la prise
de conscience de leurs savoirs et compétences, et les aider à les développer dans une
dynamique d’éducation populaire. Ce changement sera favorisé par le développement de
l’entraide, des réseaux d’échange de savoirs et de services, par le renforcement de la capacité
des groupes à élaborer une pensée collective, à faire émerger des leaders et à contribuer aux
décisions à tous les niveaux d’élaboration, de conduite et d’évaluation des projets.
2. L’ACCÈS AUX DROITS
L’accès aux droits, notamment à l’éducation et au travail, est effectif pour tous.
L’accès de tous aux droits fondamentaux doit se situer au coeur de l’action. Pour cela, il est important d’avoir une approche globale de la personne ou des groupes, et de l’indivisibilité de leurs droits, afin de s’assurer que ces droits soient effectifs pour tous sans distinction, avec une attention prioritaire aux plus vulnérables.
Ce changement passera par une inflexion de nos aides vers une approche systématique d’accompagnement et de plaidoyer pour l’accès aux droits. Cela impliquera notamment
d’améliorer l’articulation des échelons locaux, nationaux, régionaux et internationaux, de renforcer le plaidoyer et le recours juridique, d’avoir une posture proactive de veille et
d’analyse des enjeux d’accès aux droits, mais aussi d’innover pour avoir des modes d’action plus adaptés aux personnes et aux groupes n’ayant pas accès à leurs droits.
L’accès à l’éducation est effectif pour tous.
L’accès à l’éducation pour tous doit permettre une meilleure insertion sociale des enfants,
des jeunes et des parents. En leur rendant confiance et pouvoir d’agir, l’accès à l’éducation
réduit les spirales d’exclusion et de stigmatisation des familles en précarité et permet de lutter contre leurs réalités de pauvreté.
Ce changement passera par une prise de conscience des savoirs éducatifs de chaque personne, par l’expérience de liens sociaux positifs et par une reconnaissance par la
société et les institutions des parents et enfants quels qu’ils soient. Il s’appuiera sur le développement de lieux de fraternité, d’entraide et de co-construction avec les familles,
parents et enfants, et un plaidoyer en faveur d’un droit effectif à l’éducation pour tous.
L’accès à un travail décent est effectif pour tous.
La notion de « travail décent » fait référence à une activité qui permet d’accéder à des ressources d’existence, à la protection sociale du salarié et de sa famille, et sous-tend
l’existence d’un droit du travail. La notion de « travail digne » précisée dans Caritas in veritate (no63) insiste sur la liberté d’exercice du travail et les dimensions collectives ssociées
(famille, communauté, organisation des personnes, droits sociaux…).
Ce changement passera par le renforcement des capacités des personnes à trouver ou tenir un emploi, par le soutien d’actions contribuant à créer des emplois dignes et du travail, et par des plaidoyers pour une économie responsable, durable, sociale et solidaire, permettant les conditions socio-économiques favorables à l’emploi et à la protection sociale.
3. LES TERRITOIRES
Les territoires marginalisés sont revitalisés et les inégalités territoriales sont réduites.
Un territoire est un système complexe et ouvert qui forge l’identité des personnes et doit leur permettre d’y vivre en harmonie avec leur environnement.
Les fractures culturelles, démographiques, sociales ou économiques, ainsi que le déficit de droits, de services ou d’infrastructures, marginalisent et conduisent à générer de fortes tensions internes ou externes aux territoires.
Ce changement passera par le renforcement des capacités des personnes et des groupes qui y agissent pour l’effectivité de leurs droits, le développement de leur territoire et de
ses ressources. Ce changement questionnera en France nos modes de présence et de mobilisation dans les territoires, notre échelle d’intervention et notre capacité à travailler
en réseau avec d’autres acteurs. Il nous faudra valoriser et croiser davantage l’expérience acquise en France et à l’international, développer et animer des réseaux formés à une
approche de développement, et mieux articuler proximité et subsidiarité.
4. L’INTERCULTUREL ET L’INTERRELIGIEUX
Les personnes et les communautés de cultures et religions différentes oeuvrent ensemble.
Les bouleversements mondiaux et le délitement de la situation économique et politique provoquent des interrogations, crispations et replis qui appellent à promouvoir des
démarches culturelles, interculturelles et interreligieuses afin de valoriser cette diversité et de renforcer la cohésion sociale.
Ce changement passera par un approfondissement de notre réflexion et de nos formations, par la rencontre, le dialogue et l’action interculturelle comme témoignage pour l’Église
et la société civile. Il s’appuiera sur une meilleure prise en compte de la diversité culturelle et religieuse de nos acteurs, sur notre savoir-faire en animation et l’expérience
interculturelle de nos partenaires internationaux. Cela nécessitera de s’ouvrir davantage à des collaborations avec des partenaires de traditions culturelles et religieuses différentes afin de mener des actions communes.
 
Stratégie globale
Cette stratégie décrit nos principaux leviers d’action pour contribuer aux changements visés dans la société. Elle est transversale à l’ensemble des changements visés et concerne toutes les entités de l’association, dans nos actions en France comme à l’international.
 
1. LE POUVOIR D’AGIR
Renforcer le pouvoir d’agir des personnes et des groupes en précarité.
Nous sommes plus forts et notre action solidaire a plus de sens lorsque nous agissons avec les personnes en précarité. C’est également vrai lorsqu’il s’agit de penser : là encore,
nous avons besoin du point de vue et de l’analyse des personnes en précarité pour penser ensemble. Il est donc indispensable de favoriser leur participation dans les instances de réflexion et de décision du Secours Catholique, de l’Eglise et de la société. Il est également important de soutenir l’organisation des personnes et des groupes de personnes en précarité, premières concernées par la lutte contre la pauvreté et les injustices.
Renforcer le pouvoir d’agir des personnes et des groupes, c’est aller vers elles et les soutenir pour qu’elles prennent place et parole. C’est aussi considérer l’ensemble de leurs
aspirations : morales, matérielles et spirituelles. Cela suppose de développer de vraies relations d’échanges et de solidarité. Cela implique de savoir leur laisser l’initiative et
prendre des responsabilités. Cela passe enfin par le renforcement et le travail en commun avec les partenaires qui oeuvrent dans le même sens.
 
2. L’EXPÉRIMENTATION
Expérimenter des formes nouvelles de solidarité et de développement.
Les dispositifs et modèles existants sont aujourd’hui largement inopérants pour lutter efficacement contre la pauvreté : la massification des problèmes économiques et sociaux
a définitivement montré leurs limites. Il faut rechercher des alternatives, n’avoir pas peur d’expérimenter. Comment faire autrement ? Comment prendre en compte les recherches
de modèles de développement plus durable, plus solidaire, plus sobre, comme nous y appelle le pape François dans Laudato si’ ? Telles sont les questions que cette stratégie
nous invite à poser.
De l’ingéniosité est déjà à l’oeuvre au Secours Catholique dans les territoires, en Eglise et chez nos partenaires. Il nous faut apprendre à repérer et à nous inspirer de ces formes
nouvelles. Il nous faut également rechercher l’innovation en se donnant les moyens d’expérimenter.
Les solidarités basées sur les envies et capacités d’entraide de tous les acteurs concernés sont clés dans la poursuite de cette stratégie, tout comme la mise en relation d’actions
et d’acteurs impliqués du niveau local au niveau international.
 
3. LA MOBILISATION
Mobiliser la société civile sur les causes de pauvreté, d’inégalité et d’exclusion.
Le bien commun est l’affaire de tous et chacun a sa part de responsabilité dans la construction d’un monde juste et fraternel. L’urgence de la situation sociale, économique et
environnementale impose, dans une recherche de développement durable, la mobilisation des organisations, associations, collectifs et citoyens pour changer la donne.
Concrètement, cela veut dire nouer à tous les niveaux des alliances avec d’autres associations et collectifs pour mener des actions de solidarité et obtenir du changement
dans la société à différents niveaux (local, régional, national, mondial).
Il s’agit de « voir, juger et agir » avec d’autres, en se donnant les moyens d’observer la réalité vécue (enquête, observatoire, témoignages…), de l’analyser ensemble, bénévoles,
personnes en précarité et salariés, en portant une attention particulière à la contribution des générations plus jeunes. Cela doit conduire à des actions pour promouvoir des
changements de regards, même auprès des moins réceptifs, et susciter largement l’engagement, l’action et le plaidoyer dans nos réseaux, l’Église et la société.
 
4. LA DIACONIE
Vivre la diaconie avec les communautés chrétiennes pour transformer la société.
Dans la mobilisation pour transformer la société, le Secours Catholique a une mission particulière : celle de soutenir les communautés chrétiennes et d’agir avec elles dans leur
engagement au service de l’humanité (“diaconie”).
Le pape François désire « une Église pauvre pour les pauvres » (EG no198). C’est un appel à vivre en Église la fraternité avec les pauvres pour qu’ils soient au coeur du cheminement de l’Église et qu’ils deviennent pierre angulaire de la société.
La pensée sociale de l’Église est une ressource qui donne à tous des repères « pour construire notre maison commune » (Pape François, Laudato si’, no13). Il est essentiel
d’approfondir et de partager avec tous les sources spirituelles de l’engagement pour la justice, la fraternité et le bien commun. Chaque humain vit de cette dimension spirituelle,
qui n’est pas forcément religieuse, mais qui fait appel à l’intériorité. Elle lui fait refuser l’inhumain, elle l’invite à une recherche de transcendance et à donner du sens à sa vie,
elle le met à l’écoute des autres et le porte à aimer et à pardonner. Par son appartenance à l’Église catholique dans sa dimension locale, nationale et mondiale, le Secours Catholique peut aider à la mobilisation des ressources spirituelles de tous, pauvres et riches, croyants ou non, en vue de la transformation de la société.
Changements internes
Ces changements internes décrivent ce que nous voulons changer prioritairement dans notre organisation pour mieux mettre en oeuvre notre stratégie globale et
contribuer aux changements visés dans la société.
 
1. UNE ORGANISATION APPRENANTE
Développer une culture d’apprentissage en réseaux.
Tous les jours, le Secours Catholique et le réseau Caritas recueillent l’expérience de vie des personnes qui vivent la précarité. Tous les jours, avec elles et nos partenaires,
nous recherchons et inventons des solutions nouvelles. Cette expérience collective est un trésor pour nos réseaux et plus largement pour la société. Cette expérience mérite
d’être mieux collectée, analysée et diffusée dans nos réseaux. L’enjeu est de construire une organisation qui, à tous les niveaux, valorise ce qu’elle apprend et capitalise ses
apprentissages pour progresser et le partager avec ses partenaires, l’Église et la société.
Il s’agit de développer une culture d’apprentissage en réseaux, nécessaire pour se donner les moyens de contribuer aux changements visés dans la société selon les stratégies
retenues.
2. UNE ORGANISATION COHÉRENTE
Développer nos capacités de pilotage à tous les niveaux de l’organisation.
La contribution aux changements visés dans la société implique de savoir définir et mettre en oeuvre des stratégies mettant en mouvement des acteurs dont les rythmes et cultures
d’action peuvent être très différents. Cela nous oblige à penser, à tous les niveaux de l’organisation, un mode de pilotage adapté à ce que nous sommes et à ce que nous
voulons faire. Autrement dit, notre organisation doit développer ses capacités de pilotage aux niveaux stratégique et opérationnel.
Cela demande de repérer ce qui aujourd’hui freine le changement et de l’analyser pour y remédier. Quels outils se donner pour mesurer ce que nous faisons ? Il est important
d’avoir une boussole pour avancer, voir si l’on est dans la bonne direction ou changer de cap. Pour mesurer notre contribution aux changements que nous visons, nous devons
développer des outils de suivi et d’évaluation de nos actions ainsi que des mesures d’impact pertinentes.
3. UNE ORGANISATION RESPONSABLE
Transformer nos modes de fonctionnement pour répondre aux exigences d’un développement durable.
Par cohérence avec ce que nous défendons, faisons en sorte que le Secours Catholique s’engage concrètement en matière de développement durable. Cela vise notre
responsabilité économique (clauses sociales et environnementales, sobriété), sociale (dont les mesures sociales de ressources humaines, la qualité de vie au travail) et
environnementale.
Le champ visé concerne nos achats, nos constructions, la prise en compte de l’environnement dans notre fonctionnement, la prise en compte de la dimension sociale
dans la gestion des ressources humaines, la participation accrue des parties prenantes dans notre organisation, la sélection et le suivi des prestataires et fournisseurs, etc.

 



01/09/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres